Ecole ivoirienne : ces prédateurs sexuels

Étiquettes

Ecole ivoirienne : ces prédateurs sexuels

nos élèves:ces nouvelles proies.
nos élèves:ces nouvelles proies.

Si la pratique est perceptible sous d’autres latitudes (avec un seuil relativement faible), la prédation sexuelle en milieu scolaire ivoirien par contre semble prendre une résonance, un relief fort particulier tant et si bien qu’elle n’émeut plus outre mesure. Elle se propage comme le ver dans le fruit et fait figure de véritable fléau qui gangrène toute la communauté éducative.

L’anormal devient normal au pays du banal

La banalisation des relations sexuelles entre formateurs et apprenants est telle que l’imagerie populaire ivoirienne assimile à bien des égards le corps enseignant au vice , un corps volage ou les préoccupations du bas de la ceinture (le sexe) l’emportent très largement sur les préoccupations d’instruction et d’éducation des enfants à eux confiés par l’Etat de Côte d’Ivoire. Sans vouloir jeter l’opprobre sur l’ensemble du personnel enseignant et du personnel d’encadrement ivoirien, il n’en reste pas moins qu’ils sont bien nombreux aujourd’hui ces proviseurs, ces censeurs, ces éducateurs à manger de ce pain immoral et immonde. Ces coureurs de gamines pullulent au sein de nos établissements déguisés en formateurs et en éducateurs.

Hélas, elle semble bien loin l’image de l’école ivoirienne perçue comme une institution assez puritaine, éminemment éducogène nourrie en cela par ce phénomène de massification sexuelle qui enlaidit cette noble institution. Malheureusement, la prédation sexuelle ne s’arrête pas aux portes de l’école, bien au contraire, elle est une pratique exogène, c’est-à-dire commise par des acteurs non scolaires. Tout porte à croire que les jeunes collégiennes et lycéennes constituent des cibles de prédilection pour bien nombre de carnassiers sexuels tapis au sein de la société. Tenez, le ministère de l’Education nationale a enregistré pour la seule année académique passée (2013-2014) pas moins de  4 076 cas de grossesse, comme quoi la gent féminine scolaire baigne dans une atmosphère de forte sollicitation sexuelle aussi bien en interne qu’en externe. Que fait le ministère de l’Education nationale face à cette corruption avancée des mœurs scolaires ? Rien, sinon presque, hormis quelques mises en garde aussi tièdes qu’inefficaces à l’endroit de son personnel, le ministère semble s’accommoder de cette situation et s’emmure dans un silence assourdissant. Plus que jamais, il importe de revenir à la moralisation du milieu scolaire ivoirien, d’engager son réarmement moral afin qu’il redevienne une poche de moralité pour le plus grand bien des apprenants et de la société.

Partagez

Commentaires

Babeth
Répondre

Et pourtant... Kandia Camara a tenté une vaine guerre contre les enceinteurs professionnels mais apparemment elle a fini par abandonner ce chantier qui il faut bien l'avouer est assez vaste.
Beau coup de gueule, j'ai vraiment aimé. Mais tu n'as pas de fan-page comment ont s'abonne à ton blog?

Seydou KONE
Répondre

oui pas faux j'y veillerai. les habitudes ont la peau dure et pour une kandia camara qui véritablement n'a pas la cote au près des enseignants faudrait pas voir le fléau disparaitre. merci pour ton passage.

Guy Muyembe
Répondre

À méditer! Ben il faut dire que la majorité des enceinteurs d'élèves sont des personnes étrangères aux écoles: ce sont pour la plupart ces nouveaux riches, ces m'as-tu-vu, ces grands quelqu'un.

Seydou KONE
Répondre

oui mais là il se pose moins le problème de l’éducateur qu'est l'enseignant. merci Guy

mareklloyd
Répondre

Une belle façon de commencer la lutte: Supprimer les feuilletons de la Tv. mais boof, il est déjà trop tard. Les jeunes ont déjà pris drah de la chose. Tout ce qu'il faut faire maintenant, c'est arrêter de dire que c'est anormal, considérer que c'est tout fait normal et leur en parler très régulièrement, puis, leur donner accès à toute forme de mesures préventives. Je ne vois pas d'autres solutions. Parce qu'en continuant de dénoncer ce fait, ça n'ira pas en s'arrangeant. Du moins, du point de vues "grossesses précoces", "IST" et "MST".. Comme quoi c'est quand on te dit ne fait pas ci que t'es encore plus tenté de le faire.

Seydou KONE
Répondre

Marck tu sais de quoi je parle.on vient tous du pays des éléphants. on ne peut conseiller aux enseignants de sortir avec leurs élèves le préservatif à la main. il y a un problème d'éthique.le phénomène peut être combattu par de véritables mesures dissuasives.merci

mareklloyd
Répondre

Oui, en effet, j'avais oublier d'ajouter un mot à ce propos. Sur ce point, tu as raison, c'est avant tout une question d'éthique, de conscience professionnelle. Maintenant, à côté, il y a tellement de facteurs qui entrent en jeu que pour solutionner ce problème, il va falloir beaucoup plus que des mesures dissuasives..

Aboudramane koné
Répondre

beaucoup plus en tout cas.Faudrait donc des mesures incisives.merci

Seydou KONE

merci petit frère.

Albert KAMDEM
Répondre

l'education sexuelle devrait commencer a mon avis, des l'age de 10-11 ans a l'ecole car aujourd'hui les enfants en savent plus que les adultes en matiere de sexe.

Seydou KONE
Répondre

ok complètement d'accord avec toi. Ainsi dit, alors qui doit apprendre à qui l'éducation sexuelle. lol. Merci pour le passage Daves

Aboudramane koné
Répondre

ah grando bien dit. nos braconniers sont à la recherche de viande fraiche.Ils oublient qu'on ne chassent pas dans toutes les forêts. gbès est mieux que dra. Comment peut on respecté le maître qu'on a vu nu tel un vers de terre.vraiment ainsi va la libido assoiffée de ces enseignants peu éducateurs.

Seydou KONE
Répondre

ah petit frère, des vieux comme ça les petites filles là les appellent bébé et ils répondent aussi.vraiment! gbès est mieux que dra