L’envoi de 2 100 soldats sénégalais en Arabie saoudite : un parfum de pétrodollars

En dépit des dénégations officielles, la polémique ne semble pas retomber concernant la décision du président Macky Sall de procéder à l’envoi de 2 1OO soldats sénégalais en Arabie saoudite dans le cadre de la guerre que mène ce pays contre les rebelles « houthis »

le président Sénégalais Macky Sall. wikimedia.org

Le président Sénégalais Macky Sall. Wikimedia.org

Une controverse qui enfle à juste titre et qui interroge sur les véritables motivations qui ont présidé à cette mesure assez inhabituelle. En effet, le nombre important de soldats sénégalais en passe d’être engagés dans ce conflit et l’éloignement du théâtre des opérations ( le Sénégal étant à des années-lumière ) nourrissent des doutes raisonnables sur le caractère amical et religieux (la participation à la défense des lieux saints) que défendent les autorités sénégalaises. Sans nier que le Sénégal a une  forte tradition de pays contributeur de troupes aux opérations de maintien de la paix de l’ONU. Tout porte à croire que pour ce coup là, le pays de la Téranga  va monnayer au prix fort sa participation massive à la coalition militaire contre les « houthis ». Sans parler avec l’assurance d’un prophète, néanmoins se dégage un parfum de pétrodollars de cet envoi extraordinaire de troupes à l’extérieur. Quand on sait que ce conflit à fort relent religieux (sunnites contre chiites) est un conflit lointain, qu’il n’est pas sien et que pour l’heure aucun pays de la coalition n’a décidé de l’envoi de troupes au sol, on est assez intrigué par l’activisme militaire sénégalais. Mais au fond, personne n’est dupe, un accroissement de l’aide économique apportée par Riyad a très certainement pesé dans la balance.

Un paradoxe humanitaire.

les troupe sénégalaises de maintien de la paix.

Les troupe sénégalaises de maintien de la paix.

Sinon, les foyers de tensions ne manquent pas à l’échelle de l’Afrique (l’est de la RDC, le Nord-Mali, le Sud-Soudan, la RCA…), le Sénégal aurait pu y déployer ses troupes ou y renforcer sa présence. Le dicton est connu, on balaie devant sa porte avant d’aller voir ailleurs. Cette attitude de l’exécutif sénégalais pourrait être assimilé à bien des égards à du mercenariat d’État déguisé qui exposerait ses soldats à des risques certains lors d’une confrontation ouverte avec les miliciens houthis. Malheureusement, une partie de l’élite dirigeante africaine continue d’étonner et d’agacer par certaines prises de décisions qui déshonorent tout le continent. Faut-il le rappeler, le continent africain ne saurait s’enfermer indéfiniment dans des rapports de vassalité avec les autres parties du monde fut-ce des puissances financières, car la dignité ne saurait s’accommoder de compromissions financières.

The following two tabs change content below.
Seydou KONE

Seydou KONE

Je suis professeur de philosophie. Depuis le pays où il y a plus de «titrologues» que de gens qui lisent les journaux (je parle de la Cote d’Ivoire), je vous décrypte ma société et le monde. Bienvenue chez moi, vous êtes chez vous.

4 thoughts on “L’envoi de 2 100 soldats sénégalais en Arabie saoudite : un parfum de pétrodollars

  1. Aboudramane konéAboudramane koné

    un parfum de pétrodollars au pays du franc CF! ça vaut le coup non. Et on a bien l’impression que les présidents sénégalais sont tous passés maître dans les propositions de solution iconoclastes. on se rappelle encore l’appel du retour au bercail d’un certains wade lancé aux Haïtiens. pauvres sénégalais.

    Reply
    1. Seydou KONESeydou KONE Post author

      merci petit frère. De wade à Macky sall la diplomatie sénégalaise se porte vraiment mal. comme tu dirais gbès est mieux que dra.

      Reply
  2. Rodrigue

    Il est vraie que l’engagement du sénégal dans cette affaire semble disporpotionné en raison de la situation géographique mais si je me réfere au Coran, les musulmans étaient bien parti de La mecque. Ensuite ils on su gagner des batailles dans tout le moyen orient avant d’attaquer l’Europe, conquit l’espagne si non une partie, le nord de l’Afrique etc. Dites-moi en ce temps, le Senegal actuel, n’était pas à des annés lumières de l’Arabie Saoudite? Si les combattants de l’islam ont pu atteindre le Senegal au moyen de cheveaux; Que dire des rebels actuels qui sévicent dans le moyen orient? Pour ma part, je dirai que cet engagement est plus que nécessaire et si tous les pays africains pourraient suivre le cas du sénégal contre ce genre de mouvement et combattre Boko haram, les shebab,l’etat islamique et autres, nous éviterions plus de morts sur notre continent

    Reply
  3. Seydou KONESeydou KONE Post author

    merci Rodrigue pour ton passage. Tu me parles de l’histoire. je te parles d’aujourd’hui. le conflit au yemen est loin d’être celui qui devrait d’abord retenir l’attention des sénégalais parce qu’à la vérité il y a péril sur le continent.La charité bien ordonnée ne commence t-elle pas par soi-même. A nous revoir.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *